«

»

Sep 19

Pour comprendre le sens de la vie, intéressez-vous aux autres

  • SumoMe

 

Les relations humaines sont la clé pour découvrir le sens de notre vie, le monde devra bien finir par s’en rendre compte un jour, et ce jour là…..tout va changer !


 
i vous êtes inquiet à propos de l’avenir de notre planète,
 
Si vous vous posez des questions sur le sens de la vie
 
Si vous cherchez des solutions pour moins souffrir, je vous comprends car je suis comme vous et je pense que ce qui va suivre va fortement vous intéresser.
 
A force d’écouter les autres, les amis, les collègues, les voisins, les médias, les reportages, les journaux télévisés, je pourrais me mettre à déprimer et penser que tout va mal.
 
Alors qu’au contraire, je trouve que le monde est merveilleux.
 
Oui, je sais, vous avez envie de me dire : « Quoi, le monde est merveilleux, mais vous êtes aveugle ?  Ne voyez-vous pas ce qui se passe dans le monde, toutes ces tensions qui continuent d’augmenter entre les pays, entre les religions….et cette crise économique qui n’en finit plus ! »

 
Alors,  je le répète, le monde est merveilleux, malgré tout cela.
 
Car la solution est à portée de main.
 
Mais il y a un problème, et il est de taille……  nous avons la solution, mais nous ne la mettons pas en pratique.
 
En théorie, tout le monde sait.

En pratique……c’est une autre histoire.
 
Alors qu’en réalité, connaître sans faire n’est pas connaître.
 
Depuis des décennies, des livres sont à notre disposition pour nous guider, pour nous aider à comprendre le monde dans lequel nous vivons.
 
Ces livres, ils viennent à nous et nous les lisons, pourtant……..nous ne sommes toujours pas capable de les mettre en pratique à l’échelle mondiale.
 
Il y a une raison à cela. Nous ne sommes pas non plus capable de la mettre ne pratique à notre propre échelle.

 Les relations humaines sont à la base de tout. Si vous parvenez à améliorer  votre   rapport avec les autres, vous aurez la solution à tous vos soucis.
 

 

Si chacun d’entre-vous prenez le temps de soigner vos relations avec votre entourage, vous allez changer le monde. Car le monde ne changera pas si chacun ne fait pas cet effort.

 

Lisez attentivement ces quelques phrases :

 

« aimez votre prochain comme vous-mêmes »

« ne jugez pas »

« nous sommes tous un »

« vous récoltez ce que vous semez »

« vous avez toutes les réponses en vous-mêmes, ne cherchez pas ailleurs »

« vous devenez ce à quoi vous pensez »

« l’amour inconditionnel est la seule réalité »

« dans la vie, soit vous voulez avoir des amis, soit vous voulez avoir raison, mais vous ne pouvez pas avoir les deux à la fois »

« vous avez le libre arbitre »

« le bien et le mal n’existe pas, seule votre réalité existe, car vous êtes le créateur de votre réalité »

 

Ces phrases vous parlent-elles ?
 
Si oui, vous appliquez-vous, chaque jour, à les mettre en pratique ?
 
Êtes-vous capable d’accepter votre voisin comme il est ?

Êtes-vous capable d’aimer chaque individu pour ce qu’il est, et non pour ce qu’il fait ?

Êtes-vous capable de ne pas juger votre prochain et de lui souhaiter simplement de s’épanouir, à travers ses expériences, à travers ses erreurs ?
 
La clé se trouve là.
 
Si vous apprenez à écouter et à observer les autres avec votre coeur et non avec votre mental ou vos peurs, alors tout peut changer en un clin d’oeil.
 
En une seconde vous pouvez comprendre des milliers de choses et accéder à une claire voyance, à une lucidité, qui ne vous quittera plus, pour autant que vous preniez l’habitude de la cultiver.
 
Vous n’avez pas besoin d’avoir fait des études, ni d’avoir des compétences particulières, à partir du moment où vous êtes en vie, vous pouvez le faire….c’est génial n’est-ce-pas ?
 
Comment ?
 
Je vais vous expliquer tout cela et vous verrez, ce n’est pas si compliqué.
 
Sur notre merveilleuse terre, tout peut s’apprendre.
 
Comme pour chaque chose, il existe un processus d’apprentissage et c’est important que vous le connaissiez. Vous pourrez d’ailleurs l’appliquer dans tous les domaines de votre vie….c’est donc un premier cadeau que je tiens à vous faire découvrir, même s’il date de 1970…..
 
Le processus d’apprentissage peut être défini ainsi
 
Dans les années 70, Noel Burch travaillait pour l’organisme Gordon Training International, fondé par le Dr Thomas Gordon, psychologue clinique, pionnier en compétence d’enseignement et en résolution de conflit. Il est particulièrement connu pour ses méthodes destinées aux parents, professeurs, dirigeants, femmes, adolescents et gens œuvrant dans la vente. Burch, donc, décrivit quatre étapes vers la compétence :
 
L’incompétence inconsciente
 
Je ne sais pas que je ne sais pas. Je ne sais pas qu’un sujet existe.
 
Par exemple, avant de voir quelqu’un jouer au tennis, je ne sais pas que je ne peux pas jouer au tennis. De la même manière, si vous ne savez pas que vos souffrances peuvent provenir de votre approche des relations humaines, vous ne pouvez pas apprendre à guérir vos souffrances par vous-mêmes.
 
L’incompétence consciente
 
Je sais que je ne sais pas. Je sais que le sujet existe, mais je n’y connais rien. Je prends ma raquette de tennis, je vais sur le terrain, mais je sais que je ne sais pas comment taper dans la balle.
 
Je sais que je peux guérir de mes souffrances en approfondissant le thème des relations humaines, mais je n’ai aucune idée comment cela fonctionne.
 
La compétence consciente

 
Je sais que je sais. Je joue au tennis. Je vois la balle arriver vers moi, je frappe la balle et à chaque fois, je m’améliore. Parfois, elle va dans le filet, parfois elle va pile à l’endroit désiré.  C’est la période d’apprentissage pendant laquelle je dois me concentrer et m’appliquer pour faire quelque chose. Je ne le fais pas encore instinctivement, je dois y réfléchir, y prêter attention pour le faire au mieux.
 
La compétence inconsciente
 
Je ne sais plus que je sais. Je maîtrise parfaitement la technique, les connaissances. J’agis, et le fais bien sans trop y penser. Je frappe la balle, en lift, en slice, à plat, de manière instinctive, en fonction de la position de mon adversaire sur le terrain, patine, de ses forces, de ses faiblesses. Comme pour lasser mes chaussures, je n’ai plus besoin d’y réfléchir pour le faire correctement. Je n’y pense même plus, c’est un automatisme.
 
C’est une approche classique de l’apprentissage, mais qui n’est pas parfaite une théorie, car elle ne correspond pas toujours à la vraie vie. En voici les raisons :
 
Tout d’abord, vous ne pouvez pas séparer les différentes étapes comme on sépare les tranches d’un gâteau. Les étapes s’entrecroisent. Alors que vous vous croyez compétents, vous découvrez d’autres aspects jusque là inconnu de vous-mêmes .
 
Un exemple : vous jouez au tennis et vous participez à un tournoi. Vous savez faire tous les coups du tennis, vous connaissez les différentes tactiques  que vous pouvez appliquez, vous êtes prêt. Mais votre adversaire se blesse et continue tout de même à jouer. Et là, vous commencez à vivre une expérience inédite. Vous n’osez plus frapper vos balles comme à votre habitude, car vous avez un peu de pitié pour votre adversaire. Puis vous constaterez qu’ainsi, vous commencez à perdre les points… Vous décidez alors d’en finir, mais la peur de perdre vous paralyse et vous ne parvenez plus à jouer votre jeu….. un phénomène bien connu des compétiteurs, mais pas de vous-mêmes.
 
De l’incompétence consciente pour l’ensemble existe toujours une part d’incompétence inconsciente. Vous savez que vous pouvez frapper la balle, vous découvrez que dans certaines situations, vous n’êtes pas encore prêt. De plus, vous prenez conscience que d’autres situations vous sont encore inconnues. Il est donc clair que le passage de l’incompétence inconsciente à la compétence inconsciente fait partie d’un processus continu, et opère en sous-étapes.
 
Enfin, la compétence inconsciente n’est pas éternelle. Vous gagniez tout vos matches, puis vous avez arrêté le tennis pendant 10 ans. Si vous ne pratiquez plus, si vous ne vous tenez pas à jour, si vous ne gardez pas le feu allumé, la compétence inconsciente pourrait fort bien se transformer en de l’incompétence inconsciente. Vous ne savez pas ce que vous ne savez…..PLUS. L’heure a sonné de prendre votre retraite ou de passer à autre chose. Sinon, un jour ou l’autre, vous aurez mal.
 

En résumé, apprendre, c’est extraordinaire. Vous ne savez pas qu’un sujet existe. Un jour, vous en entendez parler, vous voulez en savoir plus, vous apprenez que vous ne savez rien, vous étudiez, vous bûchez, vous le maîtrisez enfin, puis, sans vous en rendre compte, vous agissez sans y penser. Vous avez réussi ! Vous pouvez être fier, mais hélas, ce n’est pas fini. L’incompétence rôde. Sans vigilance, sans travail, la fin ressemble au commencement. Et la boucle se ferme.

 

Il en va de même avec les relations humaines. Vous pensez avoir compris comment faire pour allez mieux, pour bien gérer vos relations et éviter les conflits…puis vous oubliez d’y prêter votre attention…

 

Et un jour, vous vous retrouvez sans amis, sans conjoint, seul……..et vous devez recommencer au stade de l’incompétence inconsciente.

Alors, par quoi devriez-vous commencer si vous désiriez connaître le sens de la vie ?

 

La première chose est d’apprendre ……à AIMER !

 

Mais apprendre à aimer n’est pas si simple, parce que ce verbe n’est que très rarement compris.

 

Si je vous dis : apprenez à jouer au tennis, vous avez immédiatement une idée de quoi il s’agit.

Si je vous dis : apprenez à aimer…..que vous vient-il à l’esprit ?

Cela veut dire quoi « aimer » ?

 

Tout le monde croit connaître ce verbe, mais en réalité, qu’en est-il ?.

 

Alors, c’est quoi l’amour pour vous ?

Je reviens bientôt pour vous en parler, mais n’hésitez pas à vous exprimer sur le sujet !

Voici d’autres articles avec un sujet similaire:

4 commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. madi

    ma définition : aimer c’est participer à la libération de l’autre, cad à son épanouissement humain , c’est l’entraide , la transmission c’est l’énergie de la vie etc etc ect

    1. Stephan Kaenel

      Bravo et merci pour cette définition

      c’est une belle réponse pleine de sagesse, j’aime beaucoup cette notion de participer à la libération de l’autre.
      Souhaiter aux autres de s’épanouir, voilà un message optimiste que chacun devrait se répéter chaque matin…

  2. mimoun

    Bonjour

    je dis souvent au gens que je côtoie, je t’aime pour que tu t’aimes; je m’évertue à ne pas juger les gens, les prendre tels qu’ils sont, à les encourager, les accompagner, les pardonner en cas d’erreur… pourtant le retour de la vie fait de moi aujourd’hui quelqu’un qui souffre, qui n’a pas confiance en lui, quelqu’un de seul d’épuiser à 44 ans. J’ai pourtant fais un adage qui dit: pour que tu sois heureux ,
    d’abord les autres et après toi
    car je crois que la vie est riche propice et reconnaissante.
    Alors pourriez vous m’aider à identifier le problème afin qu’en moi je trouve la solution Et être cet homme généreux envers la vie C’est d’ailleurs le sens de mon prénom(karim) Quel karma… je dis cela avec le sourire

    Merci bien à vous

    Karim

    1. Stephan Kaenel

      Bonjour Karim,

      Je vois deux solutions pour vous, en fonction de vos croyances et de vos rêves.

      La première solution est pratique : si vous souffrez, si vous êtes épuisé, vous devez retrouver de l’énergie vitale pour votre corps : trouvez une activité qui vous passionne et ne pensez plus qu’à cela quelques jours. Cela peut être une nouvelle activité, comme le sport (vélo, ski, grimpe, tennis, golf), comme la musique (apprendre à jouer d’un instrument, se mettre dans une chorale, prendre des cours de chant) ou tout autre activité qui vous plait : jardiner, cuisiner, lire, écrire….

      Pensez en premier lieu à vous, car ce n’est qu’ainsi que vous ferez du bien à votre entourage. En retrouvant la vitalisé, la bonne humeur, vous diffuserez une énergie positive qui influencera votre entourage.

      Ensuite, changez votre manière de penser, de parler et d’agir. Ne dites plus « je souffre », mais « je ressens des douleurs qui sont là pour m’avertir de quelque chose de positif, pour que je change quelque chose en moi ».

      Ne dites plus « je n’ai pas confiance en moi », car la confiance n’est pas quelque chose que l’on a, mais quelque chose qu’on expérimente, par la pratique.

      Ne dites plus « je suis seul et épuisé », mais dites plutôt « je vais dès maintenant m’entourer de personnes positives, je retrouve par des activités bien vécues une énergie tonique qui me permet d’affronter la vie avec davantage d’enthousiasme »

      Essayez, et observez ce qui se passe.

      Vous ne jugez pas les autres, mais vous vous jugez vous-mêmes, c’est dommage. Commencez par vous aimer, et le reste suivra …

      La deuxième solution serait de vous intéresser au raison qui, à 44 ans, font que vous en êtes là où vous en êtes ». Le karma n’est pas une fatalité, mais un outil pour savoir ce que vous êtes venu faire sur terre.

      Sur mon site, inscrivez-vous pour recevoir les vidéos gratuites de Janette (guérison karmique). Par la suite, si cela vous intéresse, offrez-vous votre étude karmique, elle vous en dira beaucoup. C’est pour ma part ce qui m’a ouvert les yeux il y a deux ans, j’avais alors 45 ans…..

      Amitiés.

      Stephan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Pourquoi cette question?