«

»

Nov 18

Le Pouvoir du Moment Present : Prise de conscience de la realite

  • SumoMe

7 étapes pour vous libérer de vos souffrances grâce au pouvoir au moment présent

 

la 2ème étape : la prise de conscience de la réalité

 

 
e moment présent possède un grand pouvoir, celui de vous faire revenir dans la réalité.
 
Mais qu’est-ce que la réalité ?
 
C’est cette prise de conscience que je vous propose de vivre dans cette seconde étape.
 
Rappel de l’étape 1 :
 
Vous avez pu découvrir lors de la première étape que lorsque vous aviez un problème et que vous preniez le temps de focaliser vos pensées sur autre chose, vous pouviez instantanément modifier la manière dont vous vous sentiez.
 
En choisissant de penser à un évènement agréable, vous pouvez modifier favorablement votre état, vous détendre et ainsi vous détacher plus facilement de votre problème.
 
Certes, le problème n’a pas disparu, mais vous êtes ainsi dans de meilleures dispositions pour l’aborder.
 
Quel rapport à avec le moment présent allez-vous me dire ?
 
C’est encore trop tôt pour faire le rapprochement, mais nous allons y venir.
 
Disons déjà que lorsque vous orientez vos pensées vers un autre évènement de votre vie, vous n’êtes pas forcément dans l’instant présent.
 
Ce n’est pas important pour le moment, car si la première étape vous sert au détachement, l’étape suivante consiste à prendre conscience que ce n’est pas non plus l’évènement auquel vous pensez qui détermine la manière dont vous vous sentez.
 
Pour le résoudre nos problèmes, nous commettons tous la même erreur : nous cherchons à l’analyser, à essayer de mettre des mots pour le rationaliser avec le mental.
 
Mais que devons-nous faire alors ?
 

Découvrez les causes de votre souffrance pour mieux vous en libérer

 
Si vous avez bien réalisé que lorsque vous pensez à autre chose, vous pouvez changer la manière dont vous vous sentez, vous avez compris que ce n’est pas le problème en lui-même qui crée votre souffrance, mais le fait que vous y pensiez.
 
Avez-vous saisi la nuance ?
 
On pourrait dire que la cause de votre souffrance, c’est plutôt votre attachement à votre propre perception du problème que le problème en lui-même.
 
Il y a joli dicton qui résume ceci :
 

« l’important, ce n’est pas ce qui vous arrive,

mais ce que vous faites de ce qui vous arrive »

 
Que cela soit sur mon lieu de travail ou lors de discussions avec mes amis ou ma famille, j’ai constaté qu’à chaque fois qu’un problème prend de l’importance, c’est parce que nous ne sommes pas capable de le voir sous cet aspect :
 
il existe deux angles de vue avec lesquels vous pouvez aborder un problème
 

  1. L’observation les fait réels et concrets
  2. Votre propre perception des faits

 
Le fait en lui-même est accepté tel quel par chacun, et ce n’est normalement pas lui qui crée en vous des émotions.
 
C’est l’interprétation que vous vous faites de ce qui s’est passé qui entraîne toutes sortes de réactions, qui peuvent être bien différentes chez l’un ou chez l’autre.
 
Mais votre perception des faits est-elle la réalité ou est-ce une illusion ?
 
J’ai trouvé cette curieuse image sur le Net et je tenais à vous la faire partager.
 

 
Mystérieuse cette image, n’est-ce-pas ? Elle aurait été créée par les docteurs Aude Oliva et Philippe G. Schyns. Lorsque vous regardez cette image, il ne se passe rien de spécial, vous y voyez un homme en colère et une jeune femme paisible.
 
Pourtant, en vous éloignant de quelques mètres de celle-ci, vous constatere avec beaucoup d’étonnement que les visages changent de place ou plutôt que les expressions s’échangent très mystérieusement… C’est assez surprenant. Vous pouvez aussi recréer cet effet en louchant légèrement. Vous pourrez découvrir d’autres illusions tout aussi étonnantes sur ophtasurf.free.fr.

 

Bien, revenons dans la réalité et prenons un exemple concret pour mieux vous rendre compte de ce phénomène qu’est celle de la perception du monde qui nous entoure :
 

Votre conjoint vous a dit qu’il serait à la maison à 20h00, mais à 21h00, ll n’est toujours pas rentré.
 
Vous vous inquiétez un peu, car ce n’est pas dans ses habitudes et peut-être lui est-il arrivé quelque chose.
 
Puis, vous commencez à imaginez toutes sortes de scénario, il a eu un accident, ou alors il est resté plus longtemps avec ses amis….mais dans ce cas, pourquoi ne vous a-t-il pas averti ?
 
Si c’est le cas, il va voir ce qu’il va prendre lorsqu’il sera de retour….la colère commence à monter en vous.

 
D’où proviennent tous ces scénarios à votre avis ?
 
De votre mental.
 
Votre mental est conçu pour analyser une situation inconfortable et y trouver une réponse rapidement, pour cela il y a recours à votre mémoire.
 
Pour vous mettre en alerte, car le mental a un instinct de survie très développé, il va chercher dans vos émotions les plus enfouies en vous pour vous faire réagir : le doute, la peur de l’avenir, qui va susciter en vous de la colère, de l’angoisse ou plein d’autres émotions négatives.
 
Votre état émotionnel prend une dimension qui n’est plus du tout en rapport avec les faits.
 
Car rappelons-le, les faits sont simples : votre conjoint est en retard.
 
Tout le reste, ce ne sont que des suppositions. Le fait que vous y pensiez ne changera pas la réalité de ce qui est en train d’arriver. Alors, même si l’une de vos suppositions est vraie, vous ne l’arrangerez pas en vous inquiétant.
 
Faites confiance à la vie.
 
C’est plus facile à dire qu’à faire me direz-vous, mais réfléchissez quelques instants à cela :
 

Si votre conjoint est pris dans des bouchons sur l’autoroute et que malheureusement, la batterie de son téléphone portable est à plat…..lui aussi est en train de se dire « bon sang, j’espère qu’il/elle ne va pas s’inquiéter pour rien »
 

Si votre conjoint a eu un accident, que sa voiture est en panne ou même qu’il a été transporté à l’hôpital, vous serez averti rapidement et vous pourrez alors prendre vos dispositions à ce moment-là.
 
Mais dans les deux cas, vous ne pouvez pas contrôler ce qui s’est passé, ni le changer. C’est bien la peur de ne pas savoir provoque en vous un malaise.
 
Ce ne sont pas les faits qui sont à l’origine de votre malaise, mais la manière dont vous réagissez face à ces faits.

 
Cette petite histoire démontre à quel point notre mental peut nous emporter dès lors que nous le laissons faire à sa guise.
 
A chaque fois que vous vivez une situation désagréable ou conflictuelle, cela provient toujours de ce que votre mental réveille en vous, par l’interprétation des faits et non par l’observation des faits.
 
Votre mental crée votre perception de la réalité en recherchant dans votre passé ce que vous avez déjà expérimenté.
 
C’est aux travers de vos expériences, tout au long de votre vie, que vous fabriquez votre propre vision du monde et enregistrez vos valeurs d’aujourd’hui.
 
Ces valeurs sont ancrées dans votre mémoire et votre mental va les rechercher dans ce stock d’informations, tel un ordinateur, pour vous aider à trouver des solutions à vos problèmes.
 
Mais vous n’êtes pas toujours obligé d’adhérer à ce que vous propose votre mental, surtout si cela vous fait souffrir !
 
Vous avez le pouvoir de changer cela !
 
Votre réalité, ou plutôt votre perception de la réalité, vous pouvez en changer à chaque fois que vous le désirez !
 
Pourquoi devriez-vous changer votre avis sur ce que vous pensez d’une situation ?
 
La réponse est simple : Parce qu’elle est la cause de votre souffrance.
 
Et si la cause de vos souffrances provenait uniquement de vous et pas des autres ?
 
Si les circonstances extérieures qui vous ont amené vos souffrances n’y étaient finalement pour rien ?
 
Exercice pratique :
 
Imaginez-vous cette situation et observez ce que vous ressentez :
 
Remémorez-vous une situation dans laquelle vous avez été en conflit avec quelqu’un. Cette personne que vous n’appréciez pas trop vous peut-être fait une remarque désagréable, vous a insulté, vous a menti ou s’est mis en colère contre vous.
 
Comment avez-vous réagi et comment vous sentiez-vous à ce moment-là ?
 
Maintenant, si c’était votre meilleur ami qui avait agit de la même manière, un ami que vous l’appréciez réellement, vous auriez certainement été capable d’accepter qu’il vous fasse une remarque, même agressive, car vous savez qu’il le fait certainement pour votre bien et pour vous aider.
 
Comment allez-vous réagir et vous sentir face à lui ?

…..

Ainsi, si vous vous mettez en colère contre quelqu’un, sa réaction pourra être diverse : soit il réagit, soit il s’en va, soit il vous écoute attentivement pour comprendre où se situe le problème.
 

Truc et astuce :
 
si un collègue se met en colère contre vous, sachez que sa colère lui appartient.
 
C’est comme s’il vous offre un cadeau et que vous le refusez, le cadeau lui appartient.
 
Si vous réagissez à sa colère, c’est qu’elle a réveillé en vous un malaise.
 
Ce malaise vous appartient. Votre collègue doit régler son problème avec sa colère.
 
Vous devez régler votre problème avec votre malaise.
 
Mais vous devriez le faire séparément, car dans une situation conflictuelle, on ne règle pas les problèmes.
 
Comment pouvez-vous faire dans une telle situation ?
 
Ne réagissez pas à la colère de l’autre, laissez vos émotions se manifester dans votre corps, mais attendez d’être au calme pour les comprendre et les évacuer.

 
Dans le prochain article, vous allez découvrir l’étape no 3 qui vous parlera de votre identification au mental et à vos propres perceptions de la réalité. Cette identification est l’une des causes de vos souffrances.
 
Mais la cause principale est bien plus profonde que cela.
 
En résumé :

La réalité n’est pas toujours la même pour tout le monde, seul les faits ne changent pas, les faits sont les faits. Par cette prise de conscience, vous pouvez désamorcer bien des conflits.
 

Je reviens dans quelques jours pour vous présenter la troisième étape dans laquelle vous allez découvrir :

 
Ce qui vous empêche d’avancer, ce que vous devez impérativement savoir pour y remédier et comment vous pouvez éviter de retomber dans les mêmes pièges du mental

 
Des révélations qui vont changer votre vie à jamais, elles se rapportent à des lois naturelles, mais aussi à des enseignements spirituels puissants trop souvent oubliés

 
Qui est ce « Moi » dont vous faites référence si souvent et qui se manifeste en vous par les pensées, comment le comprendre et comment dialoguer efficacement avec lui

 

N’hésitez pas à laisser un commentaire !

 

Voici d’autres articles avec un sujet similaire:

2 commentaires

  1. steph

    tres bon enseignement svp j aimerai avoir quelques astuces ou m aidez ,ou aidez ma copine pr qui j etais trop coe un papa pr elle lui disant de ne par faire tel chose ou sa qui a la fin sa fait une semaine ns sommes separes mais , j aimerai l a reconquerir et lui faire savoir que je veux son bien et qu elle me pardonne , en haut ds les exemples emis ils sont tres identiques a ceux dont ns vivions souvent merci de m envoyer un recueil pr elle qu elle puisse comprendre mieux et que sa ns aides pr notre couple merci bcp.

    1. Stephan Kaenel

      Bonjour Steph,

      Merci pour votre message. Vous trouverez dans les étapes suivantes des réponses concernant les relations humaines et les relations de couple. En préambule, je dirais qu’il ne faut pas confondre l’amour et l’attachement.

      L’attachement vient de l’ego, du mental, c’est celui qui demande la possession, notamment de l’être aimé. Mais celle que vous aimez ne vous appartient pas. Plus vous chercherez à la reconquérir, moins vous y parviendrez.

      Par contre, si vous agissez avec amour, qu’on pourrait définir ainsi : « l’amour, c’est souhaiter à l’autre qu’il puissse s’épanouir et vivre une vie heureuse »

      Alors, si vous désirez vous donner une nouvelle chance, engager un dialogue avec elle, sans chercher à vouloir lui faire comprendre quoique ce soit, car c’est peine perdue.

      Intéressez-vous simplement à elle, à ce qu’elle recherche, à ce qu’elle a envie de faire de sa vie. Ecoutez-là, simplement, par amour. Si elle vous demande un conseil, vous pouvez le lui donner.

      J’espère déjà vous avoir aidé avec ces quelques mots.

      Stephan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Pourquoi cette question?